Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 11:06

Meylakh Sheykhet


Un combat pour réhabiliter l'héritage juif de Lviv

 

              Meylakh Sheykhet est la personne incontournable à Lviv en ce qui concerne la vie juive. En tant que représentant de l'Union des Conseils pour les Juifs de l'ancienne Union Soviétique en Ukraine, il agit à la promotion de la démocratie dans ce pays. Son action s'étend sur différents terrains comme la défense des droits de l'homme et des minorités, la préservation de l'héritage culturel, ainsi qu'à la gestion de l'antisémitisme. S'il aide en priorité la communauté juive, son action sert également la cause d'autres personnes comme l'aide qu'il apporte aux prisonniers victimes d'erreur judiciaire. D'une manière générale, l'objectif premier est de supporter la construction d'une société civile ukrainienne.  
          
   En plus de son rôle à  l'Union des Conseils pour les Juifs de l'ancienne Union Soviétique,
il dirige à lui seul, trois organisations : le Renouveau Juif, le centre d'études et de recherches sur le judaïsme (Petryjakova) et la communauté religieuse de la synagogue de "Turei Zahav" , communément appelée la « Rose dorée »[1]. Ainsi, concrètement, son action s'inscrit dans des domaines très divers : le centre Petryjakova est en charge de l'héritage scientifique et artistique juif, l'Union dispense une aide financière, médicale et alimentaire aux juifs démunis et aux descendants de ceux qui ont aidé les juifs pendant la guerre, alors que la communauté religieuse dispense des offices lors du Shabbat et des grandes dates juives.


La plus grande partie de l'agenda de Meylakh Sheykhet est cependant dédiée à la préservation des cimetières et fosses communes de toute la région. La tâche est énorme étant donné le nombre de victimes juives de la Shoah dans cette région ainsi que la politique nazie puis soviétique concernant ces sites. Peu de cimetières – dont certains remontaient au 14e siècle - ont été épargnés par les Nazis qui avaient comme pratique de systématiquement les bombarder. Le régime soviétique a, pour sa part,construit de nouvelles habitations, garages, marché sur ces lieux de sépultures.


  Meylach-explain-the-method-to-his-worker-team.jpg

Photo : Meylakh Shekeyt sur le site archéologique de  Zhydachiv
Le cimetière juif de
Zhydachiv, détruit par les nazis, a servi de terrain à un citoyen soviétique pour y construire un garage pendant l'époque soviétique et le cimetière fut oublié jusqu'à l'indépendance de l'Ukraine en 1991

Nous pouvons encore citer comme exemple concret, l'action actuelle de Meylakh Sheykhet : tenter d'empêcher la construction par les autorités d'un hôtel sur le site de la Citadelle (annexe du camp 325 de Rawa Ruska) où des milliers de prisonniers politiques et de guerre de toutes nationalités confondues, notamment soldats français et italiens, furent exécutés pendant la guerre.                                                  

            Outre l'importante étendue de son action, c'est l'homme en lui même qui est impressionnant. Il sillonne la ville et la région en habit traditionnel juif – manteau noir et chapeau; saluant en passant de nombreuses personnes. Ce n'est pas tant par son apparence mais également par sa philosophie, présente dans toutes ses discussions, que Meylakh Sheykhet impressionne. Dès notre première rencontre, l'essentiel fut dit. Rien de ce qu'il nous proposait de découvrir, écouter, filmer ne devait être utilisé à des fins qui ne soient pas pacifiques. Peu importe ce qui s'est passé, l'important est qu'aujourd'hui paix, tolérance et compréhension soient préservées et défendues. Nos nombreuses visites de sites et discussions avec lui ont été fondamentales pour notre compréhension de l'héritage juif de Lviv.

 

            Envisageant la société comme nécessairement multiple, où les qualités et habiletés de chacun seraient mises à profit, il compare la haine à un virus qui, une fois implanté, se répand à l'ensemble de la société. La communauté juive constitue une première cible facile car très visible et sans défense. Mais la Seconde Guerre Mondiale n'a épargné personne ne serait-ce que par le fait de répandre la haine et la soif de sang. Selon lui, « nous parlons beaucoup de l'Holocauste parce que les Juifs devaient être annihilés du seul fait d'être nés juifs. Mais les non-Juifs doivent dire qu'ils ont aussi souffert., après la première cible, les Juifs, les non Juifs devinrent la deuxième cible. Le régime nazi les ayant aussi touchés». « L'histoire est une mémoire commune qui se reflète dans les relations humaines : la mémoire du 'bon' passé est une mémoire collective, mais celle du 'mauvais' passé l'est également ».

            A propos de l'héritage juif de Lviv, Meylakh Sheykhet évoque l'exceptionnelle culture et société juive d'avant-guerre en précisant que tout cela n'aurait pu être possible sans l'accord, même tacite, des autres communautés. Il explique la solidarité entre Juifs et Ukrainiens par les pratiques discriminatoires dont ils ont tous deux souffert sous le pouvoir polonais pendant l'entre-deux-guerres puis le pouvoir soviétique. « J'aime la langue ukrainienne. J'ai toujours compris le chagrin des étudiants ukrainiens que j'enseignais (...). J'ai compris qu'on avait perdu la même chose. J'ai toujours enseigné en ukrainien même si la langue officielle était le russe du temps de l'URSS ». Un Juif est toujours sensible aux ressentis des autres personnes oppressées et toujours prêt à les aider. Ce qui explique qu'il ait toujours soutenu l'indépendance ukrainienne.

            Comme les Ukrainiens, la communauté juive de Lviv a beaucoup souffert de la période soviétique, ce que Meylakh Sheykhet appelle « un deuxième Holocauste». La difficulté voire impossibilité de maintenir une vie communautaire et religieuse, caractéristique de l'époque soviétique ; la gestion catastrophique des lieux de mémoires (oubliés, devenus terrains constructibles, rapproprié par la mémoire de l'extermination du peuple soviétique par l'Allemagne fasciste...), les discriminations dans tous les domaines. Il cite d'ailleurs un exemple en nommant les Juifs « les invalides de la 5e catégorie ». La 5e catégorie correspondant ,sur les formulaires d'embauche, à la nationalité.

            Pour lui, l'antisémitisme sera toujours présent dans la société ukrainienne car il a été implanté depuis des siècles par les différentes puissances dominatrices avant l'indépendance ainsi que par le discours chrétien. L'idée que les Juifs auraient tué le Christ est un mythe qui persiste, même si faiblement, dans la société ukrainienne. Il note cependant qu'il s'agit plus d'un antisémitisme des autorités qu'au niveau des rapports humains en général. « Quand on revient aux gens réguliers, face à face, vous trouvez toujours un moyen de compréhension, des sentiments communs, une sympathie ».

 

            Meylakh Sheykhet n'est certainement pas le seul à jouer un rôle important pour la communauté juive et son héritage à Lviv. D'autres organisations caritatives et culturelles sont très impliquées dans ce travail de titan. Par son travail, il reste néanmoins un des seuls – si ce n'est le seul, à se battre pour que les sites soient reconnus et préservés, pour que la patrimoine architectural soit protégé. Le problème qu'il rencontre dans son action avec les autorités semble être plus un problème d'ordre général qu'une simple démonstration d'antisémitisme. Tout ce qui touche à la mémoire en Ukraine perd de son importance en face d'intérêts commerciaux et financiers, et ce, pas seulement pour l'héritage juif.

   

Blandine Scrève

 

Meylakh Sheykhet devant l'une des 59 fosses communes du site d'extermination de Lysynychi, près de Lviv.
Furent éxecutés ici plus de 100 000 Juifs, mais aussi des Italiens, Français et sûrement d'autres nationnalités.


[1]    Cette synagogue privée, datant du Moyen-Age, a été détruite par les Nazis en 1942 – comme la plupart des synagogues que comptait la ville. La synagogue de la « Rose dorée » reste la plus connue. Son site, en plein centre de Lviv dans l'ancien quartier juif, a été sauvegardé depuis lors grâce à l'intervention de l'UNESCO. Elle était également la plus richement décorée et luxueuse de Lviv, ce qui lui  valait de faire l'objet de nombreux mythes et légendes. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Mémoires Vives
  • Mémoires Vives
  • : Ce blog vise à faire découvrir l'Ukraine, ses paysages, sa culture et sa mémoire - notamment celle de la communauté juive de Lviv. This blog aim at the discovery of Ukraine, its landscapes, its culture and its memory - especially the one of the Jewish Community of Lviv.
  • Contact

Recherche