Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /


Courte histoire de l'Ukraine




L’Ukraine, république peuplée de 48 millions d’habitants, se trouve à l’est du continent européen au bord de la mer Noire. Bloquée entre le massif des Carpates et la steppe du sud de l’Eurasie, ce pays naturellement irrigué est une des terres les plus fertiles d’Europe. Le drapeau ukrainien, par ailleurs composé du jaune des blés et du bleu du ciel, ainsi que le nom de ce pays signifiant «  frontière, confins », révèlent beaucoup sur cette ancienne République socialiste de la Union Soviétique. Ce pays géographiquement aux limites du continent européen, en est le plus grand1 par sa superficie. Cet Etat, reflet de l’histoire européenne, est peu ou mal connu de nos opinions publiques occidentales même s’il abrite une nation au passé millénaire. Un retour succinct sur l’histoire de ce pays2, et donc de la nation ukrainienne, permet de mieux appréhender l’enjeu que constitue ce pays, désormais à la frontière Est de l’Union Européenne.

 

 

Des premiers slaves à la Rus' kiévienne

 

                Tout d’abord, c’est dans les contrées du nord ukrainien, que s’installèrent les premières tribus slaves au cours du VIIe et VIIIe siècle de notre ère. Etant situées, à cette époque, au carrefour de la Scandinavie et de l’Empire byzantin mais aussi de la mer Caspienne et de l’Europe centrale, ces tribus connurent la forte influence des Vikings. Ces derniers furent à l’origine de la création et de l’essor de Kiev [Oleh en 878]. Constantinople influença ce royaume notamment par la christianisation de la population en 9883, faisant de cette région le berceau de la religion orthodoxe.

           Cet empire, à la culture florissante et brillante, connaîtra une période d’apogée en Europe orientale avant de tomber dans la féodalité caractéristique du Moyen Age. L’Etat de Kiev, ne pouvant plus assurer sa défense, fut pris par les Tatars en 1240 tandis que les régions de Galicie – Volhynie restèrent autonomes, permettant ainsi la continuité politique et culturelle de cet empire déchu. Un siècle plus tard, la Grande Principauté de Lituanie alliée au royaume de Pologne, alors en pleine expansion, conquit progressivement la presque totalité du territoire ukrainien actuel en faisant reculer les Mongols.

           Il est important de noter ici que suite à l'invasion des Mongols, une partie des slaves de la Rus'kiévienne émigrèrent vers le nord. Ce qui constitue l'origine de la Moscovie et de l'actuelle Biélorussie. Russes, Biélorusses et Ukrainiens partagent donc des origines communes.


 

Une histoire sous domination étrangère

 

                  Ainsi commence la dépendance de la nation ukrainienne aux grandes puissances qui l’entourent. Son histoire sera déterminée par la position géographique de ce territoire. Ayant pour voisins les puissances russes et polonaises, ce peuple n’aura d’autre choix que de faire allégeance à l’un ou à l’autre pour préserver un embryon d’Etat qui deviendra finalement vassal4 puis simple territoire russe au cours du XVIIe siècle. Le soulèvement cosaque contre le royaume polonais amena à la création de l'hetmanat par Bogdan Khmelnitsky en 1648, qui pour résister à la pression polonaise et tatare signa le traité de Pereyaslav avec la Russie en 1654 Ce traité prévoyant l'autonomie de l'entité ukrainienne devint rapidement désuet sous Pierre le Grand puis de Catherine II.

                  Au cours des siècles suivant, le peuple ukrainien ne fera que subir les luttes entre puissances se déroulant dans cette partie d’Europe. La paix d’Andrusovo de 1667 scella le premier partage du territoire ukrainien entre la Pologne et la Russie. Enfin, l’ouest de l’Ukraine passa sous le contrôle de l’empire Austro-hongrois suite aux partages de la Pologne au cours du XVIIIe siècle5, tandis que l’est resta sous domination russe.

 

 


Le 20e siècle

 

                 Cette situation ne changea qu’au lendemain de la Première Guerre Mondiale avec l’effondrement de ces deux empires. Ainsi, une Ukraine indépendante revit le jour après des siècles de domination. Cependant, des cendres des empires naîtront deux différentes républiques: la République nationale d'Ukraine (Kiev) et la République nationale d'Ukraine occidentale regroupant les anciens territoire d'Autriche-Hongrie. Ce n'est qu'en 1919 qu'une unification fut planifiée, trop tardivement pour permettre le maintien d'une Ukraine indépendante. De même, l’histoire troublée de ce peuple et l'absence d'armée nationale rendit difficile l’émergence d’un Etat fort capable de résister à cette époque d’instabilité sur le continent européen.


L'entre-deux-guerres

 

                  Cette courte indépendance prendra fin en mars 1921 par la signature du traité de Riga mettant fin à l’affrontement entre les forces russes et polonaises, et partageant l’Ukraine entre ces dernières6. La majeure partie de l’Ukraine passa alors sous contrôle bolchevique et devint une République socialiste de l’Union soviétique, bénéficiant officiellement d’une autonomie relative. Même si la Russie fut la seule représentée en 1922 à la Conférence de Gênes sur la reconstruction de l’Europe.

                  Après une relative tolérance de Moscou envers la culture ukrainienne, tolérance visant à « convaincre » une population majoritairement paysanne du bien fondé de la révolution prolétarienne, survint la répression stalinienne avec la famine « artificielle » de 19337 et son lot de purges.

         Dans sa lutte contre la bourgeoisie et paysannerie (majoritaire en Ukraine), il s'efforça de réprimer toute affirmation identitaire ou religieuse - déportant ou exécutant les 4/5 de l'élite ukrainienne. Pour mater la paysannerie qui résistante à la collectivisation, des quotas exorbitants de production furent institués sur les récoltes. Cette politique s'avéra dramatique et amènera au plus grand drame ukrainien : l'Holodomor. Ces famines qui s'abattirent sur l'Ukraine de 1932 à 1933 furent plus de 7 millions de morts et ne sont toujours pas reconnues par la Russie.

 

La seconde guerre mondiale

 

                   Les événements précédant la Seconde Guerre Mondiale amenèrent les nationalistes ukrainiens à rêver à l’indépendance. L’Ukraine subcarpatique fut la première à déclarer son indépendance, en septembre 1939, avant d’être envahie six mois plus tard par la Hongrie. Un Etat ukrainien8 fut ensuite proclamé par l’OuN9 en juin 1941 avant d’être décapité de ses dirigeants par les Allemands quelques temps après. L’Ukraine fut alors le théâtre de l’affrontement germano-russe à la suite du renversement d’alliance effectué par Hitler. Ce dernier envahit l’Ukraine dès l’été 1941 [juin, prise de Lviv; septembre, prise de Kiev; juillet 42, prise de la Crimée] chassant ainsi l’Armée Rouge.

                   L’Ukraine ne fut également pas épargnée par la politique d’extermination du régime nazi. Ainsi, 1,5 millions de juifs furent exécutés en trois ans et l’Ukraine fournira en plus de ces 2 millions de travailleurs forcés, l’essentiel de ces récoltes ce qui généra une nouvelle famine, cette fois dans les villes. L’armée bolchevique reprit l’Ukraine à partir de la fin 1943 et Staline s’empressa de réprimer les nationalistes considérés comme collaborateurs de l’Allemagne nazie. Il déporta également en l’espace de deux jours, 250 000 Tatars de Crimée sous le même motif. La Seconde Guerre mondiale aura donc été particulièrement éprouvante pour le peuple ukrainien qui comptabilisera 6 millions de morts et un pays totalement dévasté10. Les frontières de l’Ukraine telles que consacrées par la conférence de Yalta de février 1945, correspondant aux frontières actuelles, rassemblèrent néanmoins pour la première fois de l’histoire du pays, l’ensemble de la population ukrainienne sur un même territoire.

 

La période soviétique

 

        La déstalinisation entamée par Khrouchtchev va permettre le développement de l’industrie lourde – secteur dans lequel l’Ukraine bat des records, de l’extraction du charbon et un renouveau de l’agriculture mais aussi un nouvel essor de l’identité ukrainienne. Ce renouveau de la culture ukrainienne sera cependant considérablement limité par une politique de répression. En effet, le KGB ukrainien, considéré comme le plus redoutable de toute l’URSS, s’acharna à étouffer les débuts de revendications des nationalistes, revendications inacceptables étant donné le poids de la République ukrainienne pour l’Union.

                   L’ère Brejnev fut marquée par une période de stagnation politique et de baisse économique. L’importation de céréales, dans ce grenier à blé de l’URSS, devint nécessaire pour nourrir le peuple ukrainien. La répression des dissidents s’accentua bien que, pour certains historiens, l’envoi au goulag de nationalistes ukrainiens n’ait fait qu’accroître leurs convictions et les ait dotés de revendications politiques plus précises.

                  La perestroïka (restructuration) et la glasnost (transparence) entreprises par Gorbatchev dans les années 80 vont faire reculer le sentiment de peur des Ukrainiens, alors ciment du régime communiste. Une contestation politique va ainsi devenir possible dans l’ensemble de l’Union.

 

L'indépendance

 

         On retrouve cependant quelques éléments spécifiques à l’Ukraine bien que cette dernière n’ait fait que suivre le mouvement lancé par d’autres Républiques socialistes telles que la Lituanie ou la Pologne. Ces spécificités sont au nombre de quatre.

               Tout d’abord, l’indignation de la population ukrainienne à la suite de la catastrophe de Tchernobyl du 26 avril 1986 permit de mettre en avant l’incompétence du régime et son mépris des hommes.

                   S’ajoute à cela le discrédit dans lequel tomba progressivement l’idéologie communiste avec l’instauration progressive d’un débat politique et notamment avec l’affirmation du caractère artificiel de la grande famine.

                   Enfin, deux mouvements nationalistes ukrainiens, créés en 1989, vont jouer un rôle fondamental, la Société Chevchenko et le mouvement réformateur Rukh. Ce dernier remporta d’ailleurs un beau succès électoral au sein du « Bloc démocratique » lors des élections au Soviet suprême de mars 1990. Les indépendantistes restèrent néanmoins minoritaires et ce n’est que grâce à une alliance avec une partie des élites communistes que tout va basculer.

                    C’est, en effet, sous la pression de la rue et notamment des mouvements étudiants de la capitale à l’automne 90, qu’une partie des communistes, déstabilisés par la période de perestroïka, vont joindre leurs voix aux indépendantistes et permettre le vote de l’indépendance par le Parlement de Kiev. La déclaration de souveraineté votée le 16 juillet 1990 sera pourtant l’une des dernières à être adoptée en URSS11. Le rôle joué par les communistes dans l’affirmation de l’indépendance ukrainienne a d’ailleurs permis une transition pacifique mais également un maintien dans les instances gouvernantes de ces derniers après l’indépendance.

                   C’est la déclaration d’indépendance votée à l’unanimité par le Parlement, le 24 août 1991 qui va permettre la suspension du Parti Communiste et le retour officiel de la langue ukrainienne comme langue utilisée par la nomenklatura. Cette indépendance sera massivement confirmée par le référendum du 1er décembre 199112. C’est d’ailleurs ce soutien populaire exceptionnel qui facilita la consolidation de l’indépendance et la reconnaissance internationale de l’Ukraine. L. Kravtchouk, ancien membre « pro-souveraineté » du parti communiste, sera élu le même jour président de la République ukrainienne.

 

 


1 Continent européen envisagé de façon restrictive ; exclusion de la Russie et de la Turquie.

2 Les données historiques qui suivent sont issues des livres : Histoire de l’Ukraine – Des origines à nos jours, Arkady JOUKOVSHY, Editions du Dauphin, 2005 ; Que sais-le ? L’Ukraine, O. de Laroussilhe, PUF, 1998

3 Le Prince Volodymyr se convertissant au christianisme suite à son mariage avec une des princesses de Byzance.

4 En 1654, traité Péréiaslav : traité d’alliance avec la Russie par lequel l’Hetmanat cosaque se place sous sa protection.

5 Le deuxième et troisième partage de la Pologne (1772 – 1795)

6 A l’exception de la Bukovine rattachée à la Roumanie et de la Ruthénie concédée à la Tchécoslovaquie.

7 Cet événement constitue un véritable génocide avec 5 à 6 millions de paysans meurt de faim et un million déportés pendant que l’URSS exportait le blé ukrainien ; le caractère artificiel, élément fondamental de la définition du génocide est cependant à nuancer. Ce dernier fait encore l’objet de débat, notamment sur les causes réelles de cette catastrophe humanitaire.

8 Etat situé dans la partie occidentale de l’Ukraine actuelle.

9 « Organisation des nationalistes ukrainiens » exilée depuis 1923

10 Villes et villages détruit, 40 % du potentiel économique est détruit, une troisième famine s’annonce.

11 Elle intervient notamment après celle adoptée par le Soviet suprême de Russie en juin.

12 92,32% de oui avec 84% de votants

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Mémoires Vives
  • Mémoires Vives
  • : Ce blog vise à faire découvrir l'Ukraine, ses paysages, sa culture et sa mémoire - notamment celle de la communauté juive de Lviv. This blog aim at the discovery of Ukraine, its landscapes, its culture and its memory - especially the one of the Jewish Community of Lviv.
  • Contact

Recherche