Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 10:15

Le blog "mémoires Vives" créé en 2009 dans le cadre de notre premier projet "Shalom Ukraïna" n'est maintenant plus actualisé. Pour plus d'informations sur l'association Histoire de Savoirs, nous vous invitons à vous rendre sur notre site: www.histoiredesavoirs.com.

Pour plus d'informations sur le sujet de ce blog : la Shoah en Ukraine, nous vous invitons à découvrir notre nouveau projet "Re-Mind. Following the memory of the Shoah in nowadays Ukraine" qui regroupe 10 jeunes d'Allemagne, de France, d'Ukraine et des Pays-Bas autour de la création d'un outil à vocation pédagogique : http://remindukraine.wordpress.com/

Merci de votre compréhension.

Repost 0
Published by Matthias Blandine - dans Projet - project
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 17:55

Intention

      

             History is at the heart of all things. It helps us better understand the current state of our societies as we look to the future. The study of history and communications is not only invaluable, but indispensable for the future of our world.

 
Why Europe?

         Europe is unique in that it is the only continent that has been historically so conflicted but is currently relatively at peace. In our current historical frame, the European Union serves as a laboratory of universal peace, presenting a unique framework for integration to the whole world. Despite the predominantly economic character of its goals, the EU's founding principles promote the establishment of peace, stability, and cultural tolerance.

            From the ruins of the Second World War was born a supranational organization, an arena for dialogue between all European nations. This free and open dialogue was the hope of our grandparents, today a privilege and responsibility that corresponds to our European citizenship .

 

            Nations excluded from the realization of this «European» dream are slowly being called to its boughes. Our task is to strengthen the union between individual European states promoting the learning of their relative national histories. Without factual knowledge of the histories and cultures of new member states, it is impossible to foresee a common future rooted in mutual understanding. In this light, it is necessary to revisit national myths in their various forms, revise unfounded preconceived notions, and dispel of prejudices.

 
Why Ukraine?

         While this process is taking place in Europe, it is important for us not to let the mistakes of the past recur; to avoid at any cost the reconstruction of a dividing wall in Europe. Herein lies the cent aim of our project in Ukraine.

             Ukraine, literally 'border-land' or 'edge' – refering to its geographical location between Europe and Asia – is not well known by the French. However, as the EU grows, this region is crucial to understanding and even forming European identity, especially considering the recent Russo-Georgian conflict and the energy conflict. Our generation has a different task to undertake than that of its forerunners: to consolidate its European identity and to this end defend the peaceful and stable environment left to us by our grandparents.

             Ukraine is knocking on the EU's door, it seems necessary to show its vast culture, history, and landscape to our fellow citizens. The aim is not to promote Ukraine's integration into EU institutions, but to dispose of common sterotypes such as the 'Ukrainian mason,' which echo all-too-well-known stereotypes to their western neighbours, the 'Polish plumbers'.

 
Why the Second World War?

         Despite the global character of the conflict, we tend to approch the Second World War in its European scope, never forgetting that it originated in Europe as a result of the animosity between old continent powers and the coinciding outburst of nationalism(s) and clashing claims to universalism typical of the European civilization throughout history. This is not to say that we do not acknowledge the reprecussions of the war throughout the world, just that we accept the critical role played by Europe in the accession of this world-wide catastrophe.

             On the European front, this conflict constitutes a collective inheritance in which lies our common future. To name a culprit of this tragedy is masking the real issue: the darkness of physical and psychological violence that can spread throughout Humanity as a result of the 'group effect'.

             The stance finger-pointing on one hand and of extreme victimization on the other only leads to the kind of dangerous reductionism in which a sense of collective responsibility is eschewed. Such a stance will not help to understand the dangerous ascent of aggressive nationalism, discriminatory ideology, and meticulously planned extermination policies. Thus, we are more concerned with the explanation (as far as it is possible) and in the communication of the chain of events to the end that such a tragedy not recur.

Repost 0
Published by Matthias Blandine - dans Projet - project
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 18:39

Intention

      

             L’histoire est à la base de toutes choses. Elle explique l’état actuel de nos sociétés et peut aider à agir dans le présent pour l’avenir. De sa connaissance, enseignement et transmission dépend donc l’avenir de notre monde.

 
Pourquoi l'Europe?

         L'Europe est le seul continent aussi historiquement conflictuel qu'actuellement pacifié. Il constitue un enjeu fondamental de l'ère contemporaine en tant que laboratoire de paix universelle. Il présente un degré d'intégration unique au monde. Malgré le caractère éminemment économique de ses structures, son principe fondateur reste l'instauration d'une paix durable et la promotion de la tolérance culturelle.


            Des ruines de la Seconde Guerre Mondiale est née une organisation supranationale, arène d'un dialogue entre nations européennes. Nos grands parents ont porté cet espoir et nous ont légué la citoyenneté européenne.


            Nombre de peuples exclus de la réalisation de ce rêve européen ont aujourd'hui retrouvé leur place légitime dans cette construction. Notre devoir est de consolider cette union par la promotion de l'histoire européenne, combinaison des histoires nationales. Sans une connaissance correcte de l'histoire de ces nouveaux membres, il est impossible d'envisager un avenir commun. De la connaissance des autres cultures dépend en effet leur compréhension. Il semble nécessaire de bouleverser les préjugés, les préconçus et de revisiter les mythes nationaux.

 
Pourquoi l'Ukraine?

         A l'heure où ce processus est en œuvre en UE, un autre enjeu s'offre à nous. Celui de ne pas répéter les erreurs du passé et d'éviter à tout prix, la reconstruction d'un mur en Europe. Voilà en somme, la raison de notre projet sur l'Ukraine.


             L’Ukraine, littéralement ‘frontière’ entre l’Europe et l’Asie, est mal connue des Français. Pourtant, à l’heure des élargissements européens, de la guerre russo-géorgienne et de l’enjeu énergétique, cette région est un point clé pour comprendre la scène mais surtout l’identité européenne – nécessaire à la construction communautaire. La citoyenneté européenne est une chose acquise par nos parents et grands-parents. Notre génération a maintenant un autre combat, devenir européen, en avoir conscience pour défendre l’environnement pacifique et paisible qu’ils nous ont légué.


             A l’heure où l’Ukraine frappe à la porte de l’Union Européenne, il semble nécessaire de faire découvrir sa culture, son histoire et ses paysages à nos concitoyens. La but n’étant pas de faire la promotion de son intégration à l’Union mais bien d’éviter que le préjugé de "maçon ukrainien" rappelle celui de "plombier polonais".

 
Pourquoi les Juifs?

      

                  Prenons le cas français. A l'heure où il est inacceptable et politiquement incorrect d'ironiser sur l'islam, les mauvaises blagues sur les Juifs restent monnaie courante. Loin de nous l'idée de dénoncer l'usage de l'humour ; plus dans l'objectif de révéler ce que chacun de nous peut constater dans la vie quotidienne.

            

              Les Juifs, leur histoire et leur religion, restent un grand mystère pour beaucoup et suscite intérêt ou indifférence, peur et rejet. Le mode de fonctionnement de leur communauté, lien du sang et nation religieuse, y est pour beaucoup dans les préjugés dont elle fait l'objet. Pourtant, le simple fait d'expliquer que la religion juive oblige à l'éducation, permet de comprendre les métiers généralement exercer par les Juifs. Le fait qu'ils exercent principalement des professions en lien avec l'alcool et l'argent ne vient-elle pas tout simplement du fait qu'historiquement, les puissances catholiques ne leur laissaient que des droits professionnels restreints et bannis pour les catholiques – ceux en lien avec l'argent et la boisson.


               Le sujet de la Shoah est un sujet très souvent écarté car trop lourd en questionnements, même si le principal argument évoqué est souvent l' « overdose », le trop plein de mémoire... L'argument est valable. Nul n'est besoin de réciter la longue liste des victimes. L'urgence est plus dans la compréhension de la montée de la haine raciale amenant au génocide, ses caractéristiques et surtout ses conséquences actuelles.

               Minimiser la violence et le traumatisme que la Shoah représente pour la communauté juive sous prétexte de politique étrangère israélienne agressive est inacceptable. La plupart des Juifs vivant encore aujourd'hui à travers le monde ont soit connu les camps et le régime nazi, soit perdu de nombreux parents proches. Nos témoins évoquent tous la Palestine, le rêve de la Terre promise et non de l'Etat d'Israël.

 


              A l'échelle européenne, ce drame constitue un héritage collectif sur lequel repose notre avenir commun. Reléguer le sujet aux livres d'histoire est dangereux car l'Europe ne peut se construire sur des fosses communes et des flous historiques. Remettre la faute entière sur les Nazis voire les Allemands l'est tout autant. Trouver des coupables à cette tragédie ne fait que masquer la véritable question : la noirceur et violence dont l'homme peut être porteur, son incroyable exacerbation par l'effet de groupe.

             Cette posture de culpabilisation d'autrui, d'un côté, et de victimisation à outrance, de l'autre, revient à faire oublier que chacun à sa part de responsabilité. Elle n'aidera en rien à la compréhension de la dangereuse escalade vers un nationalisme agressif, une idéologie discriminatoire et une politique d'extermination minutieusement planifiée.

 

 

             L'enjeu réside selon nous, bien plus dans la connaissance, l'explication – si cela est possible, et surtout la transmission de l'enchaînement des événements ayant conduit à cette tragédie afin de ne pas laisser l'histoire se répéter.

             Pour citer l'un de nos témoins ukrainiens, Meylakh Sheyket : « la haine est un virus, si elle s'implante quelque part, elle se repend dans la société ».

 

 

Blandine et Matthias

 

 

Repost 0
Published by Matthias Blandine - dans Projet - project
commenter cet article

Présentation

  • : Mémoires Vives
  • Mémoires Vives
  • : Ce blog vise à faire découvrir l'Ukraine, ses paysages, sa culture et sa mémoire - notamment celle de la communauté juive de Lviv. This blog aim at the discovery of Ukraine, its landscapes, its culture and its memory - especially the one of the Jewish Community of Lviv.
  • Contact

Recherche